Espèces invasives : les moyens de lutte

Les espèces invasives sont de plus en plus présents dans notre écosystème. Pour ne pas nuire à la faune et la flore déjà présente sur notre territoire, il est important de prévenir leur apparition qu’il s’agisse du frelon asiatique ou de la chenille processionnaire.


Frelon asiatique

Avec le printemps, le frelon asiatique fait son retour, véritable prédateur des abeilles, mais aussi dangereux pour l’homme car sa piqûre peut être mortelle dans certains cas. Implanté depuis plusieurs années maintenant, la lutte contre ces insectes invasifs est l’affaire de tous.

La destruction des nids doit se faire sans nuire aux autres insectes, et notamment les abeilles (éviter les pièges). Elle doit se faire dès que possible et pendant tout le printemps, période à laquelle les femelles commencent à construire leurs nids. S’ils ne sont pas détruits, chaque nid pourra contenir de 1500 à 3000 insectes.
Les fondatrices sortent de leur hivernage, et cherchent à s’alimenter (sucre), construisent un petit nid (nid primaire), dans un endroit bien protégé (sous une table de jardin, abri de jardin, linteau de fenêtre…).

Un 2ème nid (définitif) sera construit beaucoup plus grand (hangar, garage, toit, arbre, haie de jardin …).
Les nids anciens ne seront pas réutilisés d’une année sur l’autre par les insectes.

Les premiers nids sur la commune d’Yffiniac ont été constatés en 2015. En 2016, 42 nids ont été signalés, 20 en 2017 (7 nids primaires et 13 secondaires), 20 en 2018 (2 nids primaires et 18 secondaires).

Le frelon à pattes jaunes est très agressif, surtout si vous approchez de son nid, voire si vous le touchez (en taillant une haie…). Ils sortiront par dizaines pour vous piquer.


Pour toute suspicion de nid de frelons asiatiques, contacter la mairie – accueil service aménagement – 02 96 72 66 40 – urbanisme2@ville-yffniac.fr

 

 

 

 

 

Chenille processionnaire

Cet insecte est considéré comme un nuisible ravageur et peut présenter un danger pour l’homme et l’animal à cause de son système de défense particulièrement efficace, des milliers de poils urticants, libérés par l’animal en cas de danger ou de stress.

Voici un extrait de l’article publié dans un précédent Sillon :

L’adulte est un papillon de nuit (imago) mesurant de 4 à 5 cm et très discret. Il émerge de terre l’été et la femelle pont de 80 à 250 œufs disposés en manchon sur deux aiguilles de pin.

Un mois après l’éclosion, les chenilles commencent à dévorer méthodiquement les aiguilles.

De début janvier à fin avril (selon l’altitude et l’insolation), elles descendent de l’arbre menées par une chenille de tête.

Elles cherchent alors un endroit ensoleillé pour s’enfouir sous terre (entre 5 et 20 cm) pour se transformer en chrysalides, avant de devenir le papillon de nuit.

Ainsi, selon les périodes de l’année, plusieurs types de luttes peuvent être mis en œuvre :

-La lutte par pulvérisation aérienne de bactérie est réservée aux grandes surfaces ou surfaces très infestées et doit être conduite par des professionnels.

 

– De septembre à janvier, pratiquer l’échenillage mécanique des nids d’hiver et bruler les nids coupés, dos au vent, les poils urticants étant très volatiles lors du brûlage (méthode non recommandée pour le particulier).

– De novembre à avril, et dès l’apparition des nids d’hiver, poser un piège adapté sur chaque arbre infesté. Ce piège permet la capture des chenilles lors de leur descente vers le sol.

– De juin à août, les pièges à phéromones sont des traitements écologiques qui peuvent capturer jusqu’à 40% des mâles présents sur le site.

– Les mésanges et chauve-souris sont des auxiliaires précieux dans la lutte contre la chenille processionnaire, la pose de nichoirs à proximité des pins est donc un moyen simple et complémentaire pour réduire les quantités de chenilles et de papillons.

 

Précautions à prendre :

Eviter les zones à risques durant les périodes critiques (entre février et mai)

Ne pas toucher les chenilles

Ne pas manipuler les nids

Informer et surveiller les enfants

Eloigner les animaux des processions de chenilles

 

Pour tous renseignements : FECODEC Côtes d’Armor : 02 96 01 37 00